storytelling

Storytelling: the perfect blend between technique and emotion

Recently, I stumbled on a blog post written by Jeff Bulas, a major web influencer, getting to the core of what it takes to be a successful digital entrepreneur and achieving your goal as a writer. I was instantly hooked by this article. It is not only informative, it is at the same time a great lesson in storytelling.
Indeed, Bullas bases on his very personal story of fighting with asthma to provide an answer to the article’s main question: how to achieve your goal as a writer without giving up.
You might wonder what asthma has to do with writing. That is where Bullas cleverly crafts a powerful story.

A classic storytelling pattern

Jeff Bullas is embarking us on his life journey in using a classic story pattern.

The hero (the narrator ) is facing an obstacle and is stuck in a conflict.
>He has to find out a way to overcome a major challenge.
>Goes through a learning path.
Learns to turn negative into positive.
Thanks to his perseverance,
>he achieves success.

The narrator’s journey

In the first part of the story, Bullas is the narrator and main protagonist. Let us have a look into his journey:

Narrator journey

The narrator faces a problem:  he suffers from asthma.
>Tension: No solution seems to be working until Jeff decides to take initiatives.
>He takes up the challenge.
Changes his attitude. Focuses on positive. Considers his handicap as a strength. Runs to defeat asthma.
>Suffers a setback what forces him to be creative.
>Goes back on track.
Pushes back the pain thanks to his determination.
>Reaps the fruit of his effort and persistence: he wins races and develops the right state of mind enabling him to achieve success in any situation.

The hero’s journey

In the second part, the narrator, Bullas, steps back and leaves you the stage. Because this is all about you, reader.

YOU, READER, are the true hero of the story!

In the second part, the narrator changes roles. You as reader and target audience are from now on in the spotlight.
Bullas is at the same time the storyteller and a father figure, passing on his experience to you reader, now the main protagonist.
You are from now on in charge of writing your own success story.

As a writer, do you recognise yourself in this journey?

hero's journey

The Problem: You want to write on a regular basis but are lost as to how to proceed.
>Ordeal: you have got to accept the pain that goes with it. Do your daily grind.
And take up the challenge: embed PAIN in your daily life: write every day. Sustain your effort unflinchingly.
The Lesson: Persistence is the key to success.
> Open ending. You have been provided with the right tools, now it is up to you to achieve success.

The Story key moments

Why is it great storytelling? What makes this story so compelling?

A powerful beginning

The narrator manages to stir emotion through strong writing technique.
We expect the story to open with the challenges met by entrepreneurs. Not with a childhood story.

As a child I struggled to breathe.

This twist captures the reader’s attention right away. The opening sentence is a hook.
It creates a surprise effect and takes you towards an unexpected direction. You are eager to know more. That is where Bullas shows he is in full control over us readers.

Proximity to the reader

In the body of the story, the narrator weaves his story basing on two major keywords:
Pain and steps. The problem and the remedy.

By being authentic and exposing his weaknesses and learning curve, Bullas strikes a chord and earns the sympathy of his readers. The narrator manages to create a strong bond with his audience. His own experience resonates with the reader who feels exactly the same now as Bullas did back then: pain. Bullas understands the pain of the reader which is going through the same woes to achieve the very same goal: mastering the art of writing.
There is a mutual understanding of each other’s situation.

The continuity of the story

It is maintained through the recurring step image standing for perseverance and progress. This « step » image is bridging both part one and two of the story allowing the transition to flow naturally.

“That was my first lesson on the power of pain.
One step at a time. Stephen King was asked ‘how do you write these 120,000-word novels and he said ‘one word at a time…’ The path to success was just one step at time “.

The race to defeat asthma compares to the steps you need to take to get there as a writer-entrepreneur.
This stylistic device allows for consistency in the narrative.

An open ending…in your hands!

Now you are empowered and have all the ingredients to make it. The end of the story is blank, waiting for you to mark it with your own golden print. Now you are in the boss seat!

The end is skillfully crafted. In fact, it will be what we decide to make of it. Bullas is prompting us, readers, to take our destiny in our hands and follow his piece of advice to make it.
He cleverly steps back as storyteller to let us take the lead and write our own story, thus taking ownership of our fate as entrepreneurs.
A perfect call to action urging us to do what is needed. It is high time for us to take a step. One at a time.

yogi tea do good

Yogi Tea: un thé qui ne laisse pas indifférent

Yogi Tea: un art de vivre dans votre tasse de thé

Avant de quitter mon nid, j’ai mon petit rituel, ma madeleine de proust. Mon petit truc pour accueillir la journée naissante.
Un bonne tasse de thé bien chaude, une bouffée vivifiante, un aller direct pour une poignée de plaisir et de bonne humeur.
Le thé par excellence qui donne envie d’être déraisonnable et d’essayer toute la gamme. Et je ne mens pas quand je dis ça. Pourtant, je suis loin d’être accro aux produits de consommation.

L’essence de Yogi tea: intention et attention, un état d’esprit

Un thé, bu machinalement, dans le stress du rythme matinal, c’est souvent un petit peu d’eau chaude négligemment versée sur un tas de feuilles séchées jetées au creux d’une tasse. C’est ça un thé pour vous ? Moi aussi, ça me laisse tiède. C’est plutôt ça.

yogi tea essence
credit : Yogi Tea

Un bon Yogi Tea, mélange de plantes médicinales, issu de la tradition indienne de l’ayurvéda, vieille de 3000 ans, élaboré pour le bien-être physique, mental et spirituel. Ce qui frappe à la vue du paquet, c’est le soin qui a été apporté dans sa conception. C’est bien plus qu’un simple produit destiné à être consommé.

C’est le cadeau qu’on décide de se faire, exprimé par Yogi Tea en ces termes  limpides :

serve your spirit

Une expérience gustative hors-pair, qui sollicite nos sens mais pas seulement. En buvant un Yogi Tea, on déroule un véritable parcours. Les citations et recommandations inscrites sur la boîte sont, en fait, de petits cailloux censés nous ramener à nous-même. Chaque geste effectué par la personne souhaitant boire un Yogi Tea est ponctué d’une invitation à prendre soin de soi, à s’inspirer des valeurs d’harmonie et d’équilibre véhiculées par l’ayurvéda et le yoga. Les bienfaits de chaque type de Yogi Tea sont décrits au dos du paquet, nous aiguillant quant au choix du type de thé convenant à notre état.

Afin de nous encourager à aller plus loin dans notre quête d’équilibre,  des exercices de yoga sont proposés et détaillés sur chaque paquet de Yogi Tea. L’ensemble des postures de yoga est d’ailleurs décliné sur le site web de Yogi Tea.

Et, cerise sur le gâteau, à l’ouverture du sachet de thé, une douceur nous attend. Un petit message destiné à nous enrichir sur le plan spirituel.

yogi tea

Aux États-Unis, les personnes peuvent même personnaliser le message sous forme de voeu et l’envoyer à la personne de leur choix avec deux échantillons de Yogi Tea.

Yogi Tea, à travers sa philosophie, nous encourage à nous emparer de ces valeurs et à les faire nôtres dans la vie de tous les jours. Intention et attention sont au coeur de l’héritage de Yogi Bahjan, le fondateur de Yogi Tea, et transparaissent dans l’activité de la société.

Histoire et valeurs

L’histoire de l’origine du Yogi Tea remonte aux années 1970, lorsque Yogi Bhajan, maître de yoga,  s’est rendu en occident pour y partager ses connaissances de la médecine traditionnelle indienne et des plantes médicinales. Il avait l’habitude d’élaborer des thés ayurvédiques à l’attention de ses propres étudiants.

yogi tea original
credit : Yogi Tea

L’héritage qu’il a laissé, marqué par les valeurs d’ouverture et de respect, est perpétué dans la manière dont le thé et les épices qui l’aromatisent sont cultivés, conditionnés, acheminés, emballés – c’est-à-dire distillé dans tout l’écosystème de la société Yogi Tea, basée à Hambourg, en Allemagne. La société Yogi Tea est garante des valeurs transmises par Yogi Bahjan.

Respect de l’humain, respect de l’environnement.

En interne, les employés bénéficient de cours de yoga gratuits assurant leur bien-être au travail. Ils ont également la possibilité de prendre sur leur temps de travail pour s’investir dans des projets à vocation sociale.

En externe, les valeurs de Yogi Tea se traduisent dans une gestion responsable de son activité, respectueuse de la nature et des hommes.

Les plantes et épices sont issues de l’agriculture biologique. Depuis les années 1980, Yogi Tea applique les principes de l’agriculture durable, bannissant tout intrant. Ses fournisseurs sont de petites exploitations agricoles, où la récolte des plantes se fait à la main, comme en témoigne le diaporama sur le site internet de Yogi Tea qui nous fait rentrer de plain-pied dans le cycle de vie de la matière première.

yogi agri
credit : Yogi Tea

Les ouvriers agricoles récoltent les épices et les plantes dans une terre laissée à l’état naturel.
Cueillette, séchage, traitement des herbes se font selon les traditions séculaires propres à chaque région du monde.
Un revenu minimum garanti est versé aux planteurs afin de leur assurer à eux et leur famille des conditions de vie décentes.

Origine du produit, condition de production… La transparence est présente à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement.
Cela nous permet à nous aussi, amateurs de Yogi Tea, de comprendre la valeur réelle présente dans le produit final. Soucieuse d’appliquer les principes de préservation de l’environnement à chaque étape du processus, Yogi Tea supprime progressivement le suremballage en cellophane qui scellait le paquet de thé jusqu’à présent.

Faire le bien, ici et dans le monde

kumari
credit : Yogi Tea

La société Yogi Tea oeuvre également à travers le monde par le biais de projets humanitaires axés sur le soutien à des communautés défavorisées et des populations vulnérables. Le projet Kumari, destinés aux enfants orphelins au Népal, permet de mettre en place les conditions nécessaires à leur l’épanouissement, tant sur le plan de leur scolarité que sur le plan de leur développement personnel et de leur santé.

Untitled design(1)
credit : Yogi Tea

En Allemagne, Yogi Tea est à la tête de nombreuses initiatives au sein d’associations locales s’occupant d’enfants défavorisés.  Son savoir-faire dans l’agriculture biologique permet de distribuer aux enfants des repas équilibrés. Yogi Tea propose en outre des cours de soutien scolaire à l’attention des enfants.

Et plus encore, Yogi Tea nous permet nous-même de devenir acteur du changement,  de nous investir dans des projets qui nous tiennent à coeur, et ce, grâce à une plateforme Internet, betterplace.org, mettant en relation donateurs, acteurs économiques et communautés dans le besoin. Pas uniquement en faisant un don mais en mettant à disposition notre savoir-faire et notre temps au service d’une cause chère à notre coeur. Faire le bien tout en se faisant du bien. Dans l’esprit de Yogi Tea.  Cela débute aussi par une bonne tasse de  Yogi Tea.

 

 

 

community building

Inspiring community building : Smithsonian National Zoo spotlight, Washington D.C.

How to nurture the relationship with your fan community:@NationalZoo.

Let us have a peek at how @NationalZoo, The Smithsonian’s National Zoo & Conservation Biology Institute, Washington D.C., is interacting with its fan community.

On January 25th, 2016,  I fell in love right away with Tian Tian, one of the Smithsonian National Zoo’s pandas, featured in a Twitter video released at the time of #blizzard2016.

Tian Tian’s antics in the snow during #blizzard2016 melted my heart on the spot, I have been helplessly hooked on this video ever since. Eager to know more about National Zoo, I had a look at their Twitter wall and it was only a matter of seconds before I signed up to @NationalZoo.

@NationalZoo has an amazing way of providing fresh, informative and fun content at the right time on social media from a unique perspective.

#blizzard2016: getting the best out of a massive experience

During #Blizzard2016, @NationalZoo seized the opportunity to beautifully portray the Zoo residents in the snow. The pictures of animals standing in the snow have an indisputable wow factor.

But there is more to it. Picturing cheetahs in the snow or elephants facing conditions that are not those of their natural habitat is also meant to spark a reaction from our side. It goes far beyond the cute animal picture. And that is where the Smithsonian Institute fulfils its mission of raising awareness about the animals in general.

The way animals are portrayed provides us with an interesting perspective because it reminds us that natural disasters do not only affect us as human beings and disrupt our daily lives; animals are affected too, what we easily tend to forget.

During #blizzard2016, National Zoo cleverly seized the opportunity to educate people through tweets about how animals actually deal with snow.

Each picture is oozing with the deep care and love keepers have for their dwellers; it connects you straight away with the Zoo family.

Due to blizzard, the National Zoo had to close doors for 4 days to do maintenance work. The community management team did nonetheless a great job at keeping visitors posted during this time period.

 

A great way of preventing frustration and maintaining the relationship with the audience. And not the only one.

The #PandaStory, a compelling insider look

With #PandaStory on Instagram, @NationalZoo is taking us behind the scenes where we are given access to what it takes to raise a baby panda. The Smithsonian Institute, whose mission is “to provide engaging experiences with animals and create and share knowledge to save wildlife and habitats “ fully fits the bill with #PandaStory. #Panda Story is both an entertaining and educational way of keeping visitors and fans up-to-date with the life and progress made by panda cubs. It is a powerful way to for @NationalZoo to get traffic and a great way of doing link building as third party sites like @houseofcubs also have their own feed about #PandaStory.
Right now, panda cub #BeiBei  is in the spotlight, stealing the heart of the entire Zoo community. Bei Bei, the Zoo’s shooting star is trending.

Special attention is brought to #BeiBei cub with hashtags bringing the whole fan community together  and allowing them to exchange on #BeiBei. With #PandaStory, a diary featuring major events in Bei Bei’s life, like its first encounter with snow, we share moments of his life; it is a great way of nurturing relationships with the Zoo’s residents.
Visitors are themselves involved in storytelling, posting their photos and comments on Bei Bei. It is entertaining and utterly addictive. Let’s face it: Bei Bei the panda cub has gone viral.

In its content policy, The Smithsonian Institute strongly encourages this kind of interaction. “The Smithsonian encourages you to interact with its site…The Smithsonian invites visitors to use its online content for personal, educational and other non-commercial purposes.”

Visitors are certainly the Zoo’s best ambassadors, maintaining a vibrant community buzzing with round-the-clock updates. This bond with the animals drives organic community building and this is what works best.

This insider perspective into the life of the Zoo residents is compelling, once you have been bitten by the bug, there is no escape. There is an urge to keep up with what is going on. And contribute to this great adventure. Smithsonian’s mission is to educate, and save species. In this respect, the conservation Institute regularly launches fundraising campaigns to support endangered species. Mid-January, at the occasion of Bei Bei’s debut, they kicked off a campaign to save pandas.

Again, a great opportunity to engage people, not only on social media but also offline, to actually get them out to the zoo and have fun for a good purpose. On January 16th, throngs of people flocked to the zoo on Bei Bei’s big day and happily supported the cause, sporting panda suits while goofing around and dancing in front of the camera.
Wow, I missed not being there. It is actually not the story of a zoo, but that of one big family. I felt there was a blank in the family picture. Next time, I want to be part of it. Badly.

 

 

créa digital days 2016

CRÉA Digital days 2016 : la transformation digitale en Suisse romande et dans le monde

La 7ème édition des CRÉA Digital Days, #CCD16, une série de conférences axées sur le numérique en Suisse et dans le monde, s’est tenue le 14 janvier dernier à la FER, à Genève. Elle a été marquée par des appels à la clairvoyance sur les tendances et défis du digital empreints d’humour. Entreprises, dirigeants, employés, acteurs économiques, citoyens, nous tous sommes concernés par la transformation digitale et les changements qui en découlent. Encore faut-il en avoir conscience et accepter le changement. Ce qui n’est pas gagné, loin de là. Petit éclairage sur les problématiques qui ont occupé le devant de la scène lors de cette journée riche en interactions.

Transformation digitale en Suisse romande et dans le monde : état des lieux

Un projet de digitalisation pour la Suisse romande

En préambule aux différentes interventions colorées qui ont ponctué l’événement, Emakina en a profité pour annoncer un projet de digitalisation de la Suisse romande. Se faisant le porte-parole des acteurs locaux du digital, Emakina a fait part d’une volonté commune de lancer un mouvement fédérateur destiné à défendre le statut de la Suisse Romande dans le paysage numérique. A l’origine de cette initiative ⎯ un constat sans appel : la digitalisation est le parent pauvre de la Suisse romande qui, par peur, est en train de louper le coche.

L’objectif  principal de cette initiative est de guider les dirigeants des grandes entreprises à mieux comprendre les enjeux de la transformation digitale. Et d’effacer cette résistance à la transformation digitale qui, décidément, a la peau dure. Cette initiative fait également la part belle aux générations du futur. Elle vise à sensibiliser les jeunes au maniement des outils digitaux afin que les dirigeants de demain soient pleinement en phase avec les nouvelles technologies. Un pré-requis indispensable en termes d’organisation managériale.

La clé de voute de la digitalisation repose sur la formation et la mise en pratique des nouveaux outils. Pour être couronnée de succès, cette démarche nécessite de fédérer les savoir-faire, entreprises, start-up en avance dans le domaine, politiques, écoles, universités, éditeurs et fournisseurs de solutions afin qu’il y ait transfert des bonnes pratiques. La création d’un agenda regroupant les formations dans le numérique, qui fait cruellement défaut à l’heure actuelle, a également été annoncée.

Petit tour des tendances  du digital

Pas de faux-semblant avec le premier intervenant du panel, Philippe Deltenre, de Médiabrands, Bruxelles. Il nous faut prendre conscience du fait que le changement engendré par les nouvelles technologies s’imposera à un rythme croissant, et qu’à l’avenir, il touchera tous les domaines de notre vie.

  • Devenu indispensable en quelque années, le mobile est actuellement le média dominant. De nouveaux types de business modèles avec le smartphone comme composante émergent à l’image d’Uber, qui combine trois approches :
    – peer to peer
    – élimination d’intermédiaires
    – smartphone
  • Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) investissent massivement dans des domaines activité toujours plus étendus. A titre d’exemple, Google, qui avec l’acquisition de Nest, se lance dans le secteur de l’énergie.
    A l’avenir, les entreprises dont c’est le coeur de métier devront composer avec la concurrence de ces géants et se demander quels enjeux cela pose pour elles.
  • La data n’est plus un essaim de donnés collectées destinées être analysées ultérieurement. La data est dynamique, on se doit de la capturer à l’instant T et de l’exploiter immédiatement afin qu’elle remplisse pleinement sa fonction.
  • Les objects connectés feront partie de notre environnement, et pourront être pilotés à distance.
  • Certaines vérités font mal à entendre, mais il faut bien l’admettre : dresser le  profil  du client type va au-delà de l’établissement simpliste de son portrait socio-démographique, une démarche grossière et peu fiable. La cible est volatile, et le customer journey est fragmenté. Il faut rectifier le tir et affiner les techniques de ciblage client, c’est dans ce sens qu’Atlas de Facebook oeuvre.
  • La réalité augmentée et virtuelle nécessitera la création de contenu, la production de fiction pour l’alimenter.
  • Les points de vente offriront au consommateur une expérience hybride, entre physique et digital : le phygital. Certaines marques de vêtement proposent déjà de consulter la disponibilité du stock en ligne, et de réserver la taille souhaitée. L’expérience client n’en sera que plus satisfaisante.
  • Il faudra plus que jamais être au bon moment au bon endroit. Le temps se caractérisera par des micro-moments, les requêtes seront géolocalisées et cibleront les personnes se trouvant à proximité des magasins dans un rayon de plusieurs centaines de mètres.

Virage digital : quels enjeux pour les entreprises de Pierre Hurstel, Matière à réflexion, Paris

Comment aider les entreprises à prendre le virage digital, c’est le cheval de bataille de Pierre Hurstel, expert en management. Qui parle d’un ton entendu, du « hère digital ». Du pauvre individu condamné à se faire spolier le travail par les robots. Malgré certains côtés qui prêtent à réflexion, d’après Pierre Hurstel, il y a indéniablement un aspect positif dans la transformation numérique : le client est remis au centre dans le digital, et ce, à juste titre ; il est un marché à lui tout seul.

À l’heure actuelle, le management est confronté aux évolutions et embrasse ce virage digital bien souvent à reculons. Pierre Hurstel, fort de son expérience en entreprise, nous livre le constat suivant :
« Dans bon nombre de cas, ces tentatives  de transformation digitale dans l’entreprise échouent. Les jeunes quittent le navire. Les dirigeants doivent accepter que les modèles traditionnels sont obsolètes. Et réfléchir à la meilleure manière de retenir les jeunes talents. Chaque entreprise a sa chance à condition de bien analyser l’écosystème. »

Au niveau de l’entreprise, cette révolution digitale met à nu les postures managériales. Dans le contexte du digital, s’arc-bouter sur ses acquis et ses prérogatives ne paie plus.

transformation digitale

Au contraire, afin d’évoluer avec cette transformation, il faudra savoir accueillir de manière bienveillante la nouveauté, agir en mode agile et  passer du win-win au give-give. Un changement d’attitude qui ne va pas de soi. Le passage au digital est une réelle mise à l’épreuve, qui agit comme une loupe sur la nature réelle de l’entreprise et le type de valeurs qu’elle nourrit. Un constat qui en fera méditer plus d’un.

 When content hooks you : the impact of digital content in sports by Alex Hoye, co-founder of Faction Skis, Verbier

Faction Skis is a swiss-made brand based in Verbier, Valais. A company that is putting the emphasis on digital content. You will learn why shortly. According to Alex Hoye from Faction Skis, to make it nowadays, you need the product and story behind it. This explains why so much dedication has been put into storytelling. People expect the product to work out. Now the customers know what they want, they have more choices and are looking for authenticity.
As the company puts it, as customers « we buy emotions ». Unlike the 80’s when the focus was solely on the product and all the money went into engineering.  This is why Faction Skis is investing more in creativity than spending cash to get the product out.

storytelling in branding

So the strategy is to dig to the core of the client. At Faction ski, stories are crafted around quality and what moves us as human beings : the experience of escaping, of cutting loose with everyday life,  of being out into nature, which is a massive one. It allows us to find our true selves and this is the message that is brilliantly brought home by Faction Skis. The ski is not only a piece of steel, it is a medium of expression, as the founder puts it, “a tool of escape”, it provides us with the “unique experience of being one again and this is probably the best answer to the strongest longing of each one of us”.

Ciblage client cross-canal: Atlas de Facebook.

Ségolène Braun, de Facebook, a elle présenté une nouvelle stratégie, Atlas, mise au point par le géant pour appréhender de manière fiable le parcours client. Toucher la bonne audience pour vendre un produit, une prestation, c’est le graal de tout marketeur. Le ciblage de cette audience passe par la collecte d’informations relatives à son comportement.

Or il se passe qu’en termes de ROI sur mobile, 35% des impressions ne sont pas délivrées à la bonne personne. La raison : la modélisation des campagnes se heurte à la volatilité des consommateurs. Les cookies, du fait de l’omni-canal, montrent leurs limites, et ne permettent pas de retracer l’activité de l’utilisateur de manière adéquate. A l’heure actuelle, il y a 58 % de surestimation du reach. Comment, au vu de ces difficultés, retracer le parcours client de manière exhaustive et cohérente?

Pour contourner ce problème de targeting, Facebook a mis au point un outil de tracking, Atlas, pour servir les annonceurs : grâce au Facebook ID, Atlas  permet de reconstituer le parcours client et les comportements de la cible indépendamment du terminal utilisé, à condition de rester dans l’écosystème Facebook. L’idée est donc d’abandonner le cookie, peu fiable, et de se baser sur la personne en tant qu’unité de mesure (d’après des critères socio-démographiques) des campagnes publicitaires. C’est ce que Facebook entend comme « people based-marketing ».

Et la journée aurait pu se  poursuivre indéfiniment, tant il y a matière à réflexion et à discussion sur les innovations incessantes dans le numérique. Il sera intéressant de faire de point sur l’avancée des initiatives annoncées lors de la prochaine édition des CRÉA Digital Days en 2017. D’ici là, restons flexibles et ouverts à l’innovation !

ligne éditoriale

Bien concevoir la ligne éditoriale de votre blog

Ligne éditoriale: quelle nécessité, quelles clés pour l’élaborer ?

Vous avez l’intention de lancer votre blog d’entreprise afin de dynamiser votre activité ? Bonne initiative !
Mais attention, dans l’enthousiasme, pas de précipitation. Afin de ne pas vous éparpiller, il vous faut mettre en place la ligne éditoriale de votre blog, un document de base dont les spécifications vous permettent de garantir l’homogénéité de votre contenu à tous les niveaux. Ce contenu, qui à chaque publication,

  • s’adresse à la même audience sur un ton identique
  • est façonné d’après un gabarit
  • traite en alternance des thématiques retenues au préalable
  • répond aux critères de périodicité fixés

Quelle en est l’utilité ? La ligne éditoriale est le garde-fou de votre blog. Elle vous évite de sortir du périmètre délimité, de tomber dans le hors-sujet ou de produire un contenu dépareillé qui déboussole vos visiteurs. Elle fait partie intégrante de la stratégie éditoriale, un cahier des charges régissant toutes les étapes de la création, gestion, planification et promotion du contenu éditorial.

ligne éditoriale

Une ligne éditoriale ne s’improvise pas, elle se travaille. Lancer un blog, c’est gérer un projet, s’impliquer sur le long terme, être à l’écoute de vos clients, de votre audience, du marché, des évolutions, autrement dit, être en veille constante pour l’alimenter dans les intérêts de votre cible et de vos objectifs commerciaux. C’est le fruit d’un travail d’analyse.

Les questions à se poser afin de trouver votre ligne éditoriale

Sondez les raisons pour lesquelles vous souhaitez lancer un blog.
Car qui dit blog dit audience, ce sont les deux faces de la même médaille. Vous devez donc vous atteler à la question de l’audience en premier lieu.

Quelle audience. Un blog n’est pas un pavé lancé dans la marre. Votre blog doit susciter un écho. Inciter votre cible à réagir. C’est pourquoi il est primordial de définir en amont à qui vous vous adressez.
Récoltez toutes les données sur le profil type de votre cible, (sexe, tranche d’âge, lieu géograhique, centres d’intérêt, activité, statut professionnel). Cela vous sert d’aiguillage pour dégager les thématiques de votre blog.

blog et audience

Quelle intention. Que visez-vous auprès de vos clients, de votre audience par le biais de votre blog?
Le blog est un instrument à double action : il vous permet de servir votre audience et même d’aller au-delà de ses attentes tout en retirant les bénéfices découlant de cette satisfaction (amélioration de votre trafic, augmentation de votre taux de conversion, fidélisation, abonnement à la newsletter). Et quand je dis servir, oui, c’est servir au sens propre. Concotez-lui un plat roboratif.

Quelle valeur ajoutée. Qu’allez-vous apporter à votre audience ? Qu’est-ce qui fait que vous vous démarquez de la concurrence, que vous allez créer cette valeur additionnelle qui fera revenir votre audience vers votre blog? Mettez-vous à sa place. Cela peut être :

  • une approche inédite d’une problématique
  • des services innovants
  • un créneau de niche
  • vos valeurs

Certes, mais il manque quelque chose : le ton. Sensibiliser votre audience, l’intéresser à, la passionner pour, gagner son adhésion à. N’oubliez pas que l’aspect psychologique joue un rôle de premier plan dans le message destiné à votre audience.  Votre intention et votre cible déterminent la voix de votre blog ; il vous faut entraîner votre cible dans votre dynamique en suscitant une réaction de sa part.

Quel gabarit pour votre contenu.
Votre contenu doit être identifiable grâce à son architecture, vos articles bâtis selon le gabarit défini. Créez un article type qui servira de modèle pour tous les articles à venir. Quelle hiérarchie allez-vous appliquer (titres, sous-titres, paragraphes), comment allez vous structurer votre contenu? Quel média (photo, infographie, vidéo) allez-vous intégrer dans le corps de votre article pour le rendre plus interactif et augmenter sa lisibilité  auprès de votre audience?

Et aussi

N’oubliez pas d’insuffler du rythme dans vos publications

Il est important d’imprimer une dynamique à votre blog:

  • faites une rotation entre les diverses catégories de votre blog
  • variez entre article et étude de cas
  • alternez contenu chaud (d’actualité) et contenu froid (intemporel),
  • article et contenu visuel (infographie)

Les lecteurs s’attentent à de la variété, haro sur la monotonie ! Tout en restant dans le droit chemin – celui de votre ligne éditoriale.

Publiez à un rythme défini

Déterminez votre rythme de publication. Plusieurs fois par semaine, hebdomadaire, une semaine sur deux. S’il est difficile au début d’appréhender la fréquence de publication, je vous conseille de choisir la qualité sur la quantité. Moins mais mieux!

Un exemple de ligne éditoriale : le blog de Swiss Life

Afin de vous permettre de vous imprégner des caractéristiques d’une ligne éditoriale, je vous propose de vous pencher sur le blog de SwissLife dont la ligne éditoriale est habilement pensée.

L’assureur s’est emparé de la problématique de l’allongement de la durée de vie et a bâti sa ligne éditoriale autour de l’âge, des choix, des attitudes engendrées par la perpective de vieillir et des aspirations nourries pour la période de la retraite, une thématique qui touche tout un chacun…

Le blog alterne sondages, études, interviews et mise sur la proximité avec sa cible, qui par le caractère irréversible de la problématique traitée, se sent interpellée.

http://www.swisslife.ch/fr/home/dialog/blog.html

Un blog, qui je l’espère, saura vous inspirer dans l’élaboration de votre ligne éditoriale!

icônes personnalisées

Comment générer des icônes pleines de peps pour vos pages web sans coder

Quel logiciel choisir pour créer vos icônes ?

LE petit truc en plus. C’est ce que vous recherchez. Vous vous demandez comment ajouter facilement des icônes modernes pleines de peps pour personnaliser votre page de contact, votre formulaire sur votre site web, vos landing pages ou même votre CV?

Après avoir testé bon nombre de programmes, je me suis décidée en faveur d’Iconion, un logiciel gratuit de création d’icônes à partir de templates; il est intuitif, rapide, et le résultat est plus qu’à la hauteur.

Grâce au large choix de polices disponible et aux nombreuses possibilités de personnalisation, il est extrêmement facile de polir l’identité de votre site Web en quelques clics.

Comment ça marche ?

Après avoir téléchargé le logiciel sur le site web d’Iconion, vous accédez à l’interface graphique.

3 tableaux s’affichent.

  • A gauche, les différentes polices d’icônes classées par auteur.

Notez que la police line icon d’Elegant Themes (WordPress) est disponible.

Sélectionnez celle qui vous convient.

  • Au milieu, le rendu de votre selection.

https://gyazo.com/a2dd8eda38b10569b875afd8f643e819

  • A droite, les différents styles dont vous pouvez habiller vos icônes. Palette de couleurs, transparence, dégradé, effet d’ombre… Vous pouvez vous en donner  à coeur joie !

https://gyazo.com/3a66641be7abce17c994ebae0cea5d61

Un fois votre personnalisation achevée, sélectionnez la taille et le format souhaités (png,jpg,bmp,ico).

https://gyazo.com/16200055d99fe604e01d379c8fcc5a15

Sauvez vos créations en plusieurs tailles simultanément … et voilà! En quelques minutes vous avez apporté une petite touche sympathique qui vous permet de vous distinguer! Maintenant à vous de jouer !

 

 

Marketing de contenu : quelles tendances en 2016 et au-delà

En scrutant le baromètre des tendances du digital, il apparaît que la création et publication de contenu de marque — le brand content — joueront un rôle prépondérant dans le marketing de contenu en 2016 et au-delà. Une chose est sûre: la qualité du contenu sera plus que jamais facteur de réussite/d’échec du marketing de contenu. Et c’est ce qui change la donne par rapport au marketing de contenu tel que nous le connaissions jusqu’à présent. La quantité se verra supplantée par la qualité. Qu’est-ce qui explique ce basculement ? C’est ce que je vous propose de voir dans cet article en me basant sur deux articles écrits par les contributeurs respectifs Greg Satell, de Harvard Business Review et Claudia Krattel, du Huffington Post, ainsi que sur les lumières de l’agence Brafton et de Matt Cooper, CEO de Visually.

D’après une étude menée par le Marketing Insider Group, l’un des facteurs favorisant la montée en puissance du contenu est l’apparition des block-adds, les bloqueurs de publicité intrusive, qui pousseront les marketeurs à se détourner de la publicité classique pour se concentrer la création de contenu à forte valeur publicitaire. C’est ce qu’explique Brafton, agence de marketing de contenu, en ces termes percutants :

“Content is the new ad”– le contenu est la nouvelle forme de publicité.

“Marketing” doesn’t have to necessarily mean paid promotion or advertising, especially since content can be cheaper, less limiting and more efficient than many paid ad formats. According to Marketing Insider Group, 2016 will bethe age of ad blocking […] As more and more consumers download ad blockers on their computers and cell phones […] . It will force more marketers to consider how to create and publish content their customers actually want.

Cette analyse fait écho à celle d’un autre expert du digital, Claudia Krattel, Online Marketing und Social Media Expertin bei Strategy & Transformation Consulting. Dans un article de Blog du Huffington Post du 8 décembre 2015, elle explique très clairement la valeur ajoutée indéniable du contenu éditorial qui, de par sa force de frappe, fait office de publicité. Une histoire originale, qui interpelle, racontée avec brio marque de son empreinte les esprits de manière durable, ce qui constitue un gage indiscutable de viralité. Le contenu éditorial devient un média à part entière.

Plus que jamais, la compétition s’aiguise entre les acteurs du digital, et les marques qui se démarqueront le feront de par la qualité et la pertinence de leurs contenus, conçus et produits en interne, et taillés sur mesure pour leur audience.

tendances marketing contenu 2016Réalisé d’après l’article de Greg Satell, content is crap and other rules for marketers, Harvard Business Review.

Vers la fin du « crappy content» et l’essor du brand journalism?

“Content is king”. Tel a été l’adage de ces dernières décennies. Dans l’absolu, il l’est. En réalité, d’après Greg Satell, de Harvard Business Review, qui a écrit un article intitulé Content Is Crap, and Other Rules for Marketers, “content is crap”. Satell se livre à un arrêt sur image et à un constat sans appel sur l’état du marketing de contenu à l’heure actuelle.

Le marketing de contenu en est encore à ses balbutiements. Nous sommes encore loin d’avoir saisi l’enjeu du contenu de qualité et succombons aux sirènes de la facilité. Et c’est là où le bât blesse : la majorité des contenus en circulation sur Internet trahissent leur mission première : captiver les clients. Attirer l’attention ne suffit plus.

Today, marketers need to build an ongoing relationship with consumers and that means holding attention, not just grabbing it. Greg Satell, Harvard Business Review.

Le niveau d’exigence des clients monte. L’effet accrocheur court terme de la publicité classique a vécu, déclare Satell. Un glissement s’opère sur l’échelle du temps. Etre créatif et original ne suffit plus ; il faut être à même de créer un environnement axé sur le client pour l’accompagner dans la durée et le fidéliser. C’est le client qui doit être au centre de l’attention, pas le produit. Content is king, so is the customer.

Nous entrons donc dans une époque déterminée par la consistance et pertinence du contenu. Fini la poudre aux yeux, les clients ne sont plus dupes.

D’après Greg Satell, les marques doivent apporter une réelle valeur ajoutée en produisant du contenu témoignant d’une réelle expertise de manière à tisser une relation client pérenne. C’est là où pour réussir, les marques se doivent d’endosser une nouvelle fonction : celle d’éditeur de contenu.

En effet, comme l’énonce Satell, quoi de mieux que d’être l’éditeur de son propre contenu afin de nouer des liens solides avec ses clients, d’augmenter son trafic et de convertir ? A l’avenir, les marques seront amenées à produire elles-mêmes des contenus éditoriaux calés sur les besoins de leurs clients. Le brand publishing a de beaux jours devant lui.

Comme l’explique Greg Satell, pour captiver le lecteur, il est impératif que les marques comprennent enfin l’intérêt d’une ligne éditoriale soigneusement pensée.

For marketers to become successful publishers, we need to look beyond this quarter’s objectives or the next campaign and treat our editorial mission as seriously as we do that of our brands. Greg Satell, Havard Business Review.

Une relation client repensée

Les marques doivent donc créer impérativement une relation unique avec le client, pour lui faire vivre une expérience optimale. Les clients sont friands de faits, de statistiques, d’articles de fond, d’informations spécialisées à caractère éducatif et ludique. Ils tiennent à être informés, à s’informer sur les dernières tendances.

A titre d’exemple, l’enseigne Nature et découvertes a misé sur l’expérience utilisateur en créant un catalogue basé sur les besoins spécifiques d’un segment de son audience, les enfants. Elle s’est alliée depuis peu à Montessori pour proposer une gamme de jouets pédagogiques destinés aux enfants de 0 à 6 ans. Le but : aider les enfants à apprendre autrement. L’expérience du jouet, l’interaction de l’enfant avec le jouet, conçu pour favoriser un apprentissage autonome,  la découverte sont véritablement mis au centre de “l’expérience utilisateur”, et c’est ce que recherche l’audience, les parents, pour l’épanouissement de leurs enfants.

Mais afin que ce contenu de marque puisse voir le jour, les marques doivent disposer des ressources adéquates. Des compétences qui leur permettront de faire passer leur message de manière convaincante afin de créer l’impact voulu. D’auteurs, de journalistes rompus aux techniques de la narration, le storytelling, arme fatale par excellence permettant de créer ce contenu qui retiendra l’audience et que l’audience retiendra. Et cela constitue une formidable opportunité pour les auteurs et journalistes capables de manier le format du storytelling d’après Matt Cooper, CEO de Visually.

Le brand journalisme semble donc bien placé pour prendre une importance considérable à l’avenir. Le rôle des journalistes et des auteurs, qui seront des contributeurs incontournables du marketing de contenu, sera de participer à activement à la stratégie éditoriale de contenu de marque et d’en assurer la mise en œuvre. Le brand journalisme est fort susceptible de devenir le bras armé du marketing de contenu. Un chapitre qui, de toute évidence, n’est pas prêt de se refermer.

blogging creation de contenu

Votre Blog : les bonnes pratiques de la création de contenu rédactionnel

Votre blog à l’estomac qui gargouille. A nouveau. C’est une sempiternelle ritournelle. La rédaction de contenu pour votre blog peut vite s’avérer source de blocages si vous vous focalisez trop sur les aspects délicats : contrainte du délai, recherche thématique. Pourtant, ce sont des constantes dont il faut s’accommoder. Comment faire pour ne pas se laisser déborder?

Soyez pragmatique. C’est en définissant un plan d’attaque béton pour votre contenu et en travaillant sur votre état d’esprit que vous pourrez débrider votre plume une fois pour toute. Discipline, entrainement, stratégie, il n’y a pas de place pour le hasard, ce qui est plutôt encourageant.

Créer les conditions propices à la création de contenu

Comment aborder cette étape de création de contenu ? Tout d’abord en créant un climat qui booste votre esprit et entretient son agilité. Inspirez-vous, et soyez à votre tour inspirés et inspirant. Faites de la veille. Beaucoup de veille. Lisez sans discrimination tout ce qui vous passe sous la main, dans votre domaine, et hors domaine, laissez-vous happer par les contenus visuels (sur papier ou en digital), audio, vidéo qui vous parlent. Filtrez. De cette manière, vous créez un environnement favorable à la génération d’idées par association. Ce qui constitue un excellent terreau pour la création de contenu, quel qu’il soit.

Transposez-vous dans un autre contexte. Permutez vos repères… Mettez-vous dans la peau d’un chef. Et oui, vous portez la culotte. Votre stylo est couteau. Vous devez concocter LA création qui flattera les papilles de vos hôtes et assouvira leur appétit.

Votre meilleure assurance : votre stratégie de contenu.

Ne la perdez pas de vue. En prenant l’initiative de créer votre blog, vous avez fait ce pas avec un objectif bien précis en tête.

élaborez une stratégie de contenu

La stratégie de contenu chapeaute le développement de votre blog et en cimente l’identité. En définissant vos objectifs, votre audience, votre ton, le format de vos billets, la fréquence de publication et en vous y tenant, vous définissez la trame de votre blog, et ce faisant, mettez en place un garde-fou contre les incohérences éditoriales.

Votre audience est dans une recherche permanente d’informations qui la laisse satisfaite repue. Imaginez-vous dans votre laboratoire et visualisez le plat que vous aimeriez servir à vos convives. Pourquoi choisissez-vous ce plat ? Quelle est votre intention ? En quoi va-t-elle les nourrir ? Vont-ils en redemander ? Posez-vous les mêmes questions à propos de votre contenu rédactionnel et de votre audience. Vos contenus doivent être en phase avec la ligne éditoriale adoptée.

Quel angle d’attaque ?

Ecrire, c’est comme préparer un bon plat ; il y a des ingrédients à doser habilement et diverses opérations à mener avec soin. Mais cela ne suffit pas.

Imaginez que vous souhaitez cuisiner un poulet. C‘est vague, et ne vous aiguille pas vraiment sur la marche à suivre. Vous devez écrire un billet. Vous voilà bien avancé ! Comment vous imaginez-vous votre poulet ? Au four, mijoté, en soupe ? C’est déjà plus précis. La plus grosse difficulté vient du fait qu’on ne sait pas par où commencer.

Pour avoir un point d’ancrage, il vous faut définir l’angle d’attaque du « morceau ». Comment trouver cet angle ? Etudiez cette question avec soin. C’est ce qui fait en grande partie tout l’intérêt du plat que vous servez à vos convives. Et excèdera ou non leurs attentes afin qu’ils en réclament à nouveau. D’où l’idée de contenu qui tombe à pic tout en étant à point : riche, pertinent, et qui comble les papilles à point nommé.

Alors cet angle me direz-vous ? En parlant d’angle, imaginez-vous partir à l’assaut d’une paroi rocheuse. Plusieurs voies s’offrent à vous. Laquelle choisissez-vous ? La voie classique, une voie moins fréquentée ou celle qui offre des perspectives inattendues ? Je ne peux malheureusement répondre à votre place. Laquelle sert à la fois le mieux l’intérêt de vos clients et vos objectifs?

angle de votre article

Demandez-vous dans quel but vous écrivez, ce que vous voulez communiquer, à l’attention de quelle audience et comment la toucher, je dis bien toucher, car vous voulez la faire réagir. Dans le bon sens. Sont-ils des néophytes, des amateurs passionnés, des connaisseurs, des experts ? Des jeunes, des moins jeunes ? Des hommes, des femmes, des chiens, des chats ? Des prospects, des fidèles ? Etablissez la typologie de votre audience et vous saurez comment vous orienter.

Alors comment vous y prendre pour créer votre contenu ?

Dites-vous qu’il n’y a pas de processus linéaire dans l’écriture, il faut accueillir des pensées décousues, la désorganisation, le manque de structure, les accepter et savoir les faire vôtre. Apprivoisez ce terrain labile. C’est un apprentissage. Plus vous écrirez, plus vous vous sentirez à l’aise.

La forme naît de l’informe : il ne faut pas avoir peur du chaos. Fabienne Verdier, Passagère du silence.

Les idées qui vous passent par la tête défilent comme du vif-argent. Ça glousse dans votre tête, c’est bavard, cela part dans tous les sens…c’est bon signe !

Acceptez ce chaos… étape nécessaire à la gestation du produit. Listez pêle-mêle sur papier tout ce qui vous vient par la tête. Ensuite, laissez reposer et fiez-vous à votre flair…

Mettez-vous en mode chasseur, pistez le volatile.

Ramenez votre trophée et travaillez-le.

– Plumez-la bête, posez les jalons et définissez les contours.

– Adoptez un angle. Quelle perspective allez-vous offrir ?

Poulet rôti, brochette, combo … une vue d’ensemble, en contrechamp, un regard croisé ?

Quel format vient en ligne de compte ?

Allez-vous privilégier un article de fond sur un billet court ?

Structurez votre morceau.

Établissez vos titres, sous-titres. Pensez à aérer votre article.

Ne perdez jamais de vue votre intention et les attentes de votre audience. Lesquelles doivent immanquablement se rencontrer. Il doit y avoir un point de communion entre vos attentes mutuelles.

point d'intersection entre vos objectifs et ceux de vos clients

 Laissez macérer les morceaux, travaillez-les, écrivez et réécrivez-les, révisez-les jusqu’à les rendre bien juteux, sans omettre d’y apporter la touche qui n’appartient qu’à vous : votre voix, votre timbre.

Enfournez la bête : développez vos idées, donnez-leur du corps, illustrez-les avec des exemples, des cas réels, des infographies, étoffez…

Laissez le fumet chatouiller les narines de vos convives…

En répondant à la problématique de votre audience, vous vous identifiez à votre cible et lui mettez l’eau à la bouche. Dans votre enthousiasme, surveillez la cuisson, on ne sait jamais…

Soyez fins !

Le poulet risque d’éclater s’il se trouve trop cuit…ou de se dessécher. Usez de vos sens pour déterminer le moment où il arrive à point. Écrivez de manière concise, ne gavez pas vos textes de mots inutiles.

Servez. Faites déguster votre création et alléchez les tablées voisines en en diffusant subtilement les arômes dans les canaux adéquats adossés à votre stratégie !

une transformation digitale Le Temps

Un cas de transformation digitale : Le Temps

Le Temps effectue sa mue digitale. Transformation numérique oblige, le groupe Ringier a revu ses priorités en termes de stratégie éditoriale : le web prime désormais sur le print. Gaël Hürlimann, rédacteur en chef numérique du journal Le Temps, nous a fait part, le temps d’une rencontre, des défis et questions qui se sont posés par rapport à la refonte du site internet. Le projet, lancé en mai 2015 a vu son aboutissement fin septembre 2015 avec la mise en ligne du site internet du Temps entièrement repensé pour l’utilisateur.

Le Temps : Etat des lieux

La révolution digitale malmène la presse depuis quelques années. Chaque groupe de presse élabore une stratégie afin de s’adapter à cette lame de fond. Le Temps, lui, a mûri sa stratégie afin de se saisir des défis propres à la transformation digitale et de réunir les conditions pour les relever.

Défis : augmenter la visibilité et la fréquentation de son site Internet, améliorer son taux de conversion tout en offrant le même degré de qualité.

Un audit de la version digitale du site du Temps avant refonte a permis dégager les points faibles suivants :

– Faible durée moyenne de consultation d’un titre. Avant la refonte, la durée de consultation moyenne s’élevait à 30 secondes. Une semaine après la mise en ligne nouveau du site, cette durée avait déjà augmenté de 25 %.

-Taux de rebond élevé.

-Manque d’attractivité auprès des jeunes. Le lectorat est composé pour une bonne moitié de personnes de plus de 50 ans. L’objectif : séduire un lectorat plus jeune.

-Heures de consultations réduites aux horaires de bureaux. Faible taux de fréquentation le week-end et en soirée.

Comment Le Temps s’y prend-t-il pour changer la donne ?

 Fréquentation : l’utilisateur pris comme étalon de mesure.

En choisissant de se caler sur les rythmes de l’utilisateur. Et en jouant sur l’accessibilité immédiate du contenu. En proposant des contenus qui se consomment rapidement sur le chemin du travail. Et en publiant les articles de fond en début d’après-midi. L’enjeu étant de trouver le point de convergence entre les attentes et comportements des utilisateurs d’un côté et les ambitions du Temps d’un autre côté, sans pour autant transiger sur la qualité du journal. Et de faciliter la consommation de l’information tout au long de la journée.

Afin d’optimiser l’expérience utilisateur, le site est passé en mode responsive, adapté aux mobiles et tablettes, compatible PC/Apple. La hiérarchie des titres et rubriques a été retravaillée et modifiée afin de permettre une meilleure expérience utilisateur, faciliter la navigation et retenir les visiteurs plus longtemps sur le site web. http://labs.letemps.ch/nouveau/

Le journal a misé sur le PDF comme moyen de conversion ; en servant de passerelle entre le print et le digital, le PDF facilite la transition en douceur vers le digital. http://labs.letemps.ch/pdf/list.php

Le développement d’une application a été écarté car la rédaction a estimé qu’une application n’apporte aucune valeur ajoutée en termes de fonctionnalités.

L’évolution du statut de l’information

Nous voulons faire vivre au lecteur une nouvelle expérience de l’information. Gaël Hürlimann, rédacteur en chef du Temps numérique.

Et ce,  grâce au partage sur les réseaux sociaux, où journalistes et audience sont impliqués. L’information n’est plus une fin en soi. Si l’information était servie au lecteur telle quelle, inerte, avant la révolution digitale, sa durée de vie est désormais extensible.

Le Temps compte pleinement exploiter le potentiel offert par les medias sociaux pour nourrir le contenu, encourager les interactions, susciter le débat. Le journal numérique se positionne clairement en tant que plateforme d’échange.

Cela va bien au-delà de l’expérience traditionnelle du print. La publication constitue désormais le point de départ du cycle de vie du contenu et ne marque plus l’aboutissement du processus de transmission de l’information.

Quel enjeu pour les journalistes ?

Cette transformation digitale, si technique qu’elle soit, a des répercussions importantes au niveau de l’humain. Les journalistes ne sont plus les seuls vecteurs de l’information. Ils doivent désormais se faire au fait que leur travail ne se limite plus à la production de contenus informatifs de qualité. Il leur faut s’adapter aux évolutions et changer leur état d’esprit étant donné que la chaîne de la transmission de l’information est devenue plus sophistiquée et versatile.

La durée de vie du contenu varie, entre autres, en fonction de sa gestion sur les réseaux sociaux et de la capacité du journaliste à engager l’audience. Sur les réseaux sociaux, le journaliste ne se contente plus d’informer. Son rôle prend de l’ampleur. Le journaliste doit réfléchir à l’avance à la manière d’optimiser la vitalité et la durabilité de son contenu. Il est intégré, endosse le rôle de modérateur de chat par rapport à son article. A ce niveau, Le Temps a tranché en faveur des interactions via les communautés sur les réseaux sociaux, privilégiées pour leur effet démultiplicateur.


Il faut non seulement faire réagir le lecteur, mais encore le faire agir. Le flux est à double sens. Les lecteurs sont encouragés à recommander les contenus jugés pertinents. Ils participent ainsi à la dynamisation du trafic du site du Temps. Le journaliste ne se contente plus d’informer mais recueille également l’avis des internautes et les sollicite afin de cerner au plus près leurs attentes et centres d’intérêt.

Un changement d’état d’esprit. Avant le journaliste menait son enquête et son article était envoyé aux rotatives. Maintenant, avant d’écrire, le journaliste doit appréhender le contenu de manière inédite en s’appuyant sur des critères précis : légitimité du contenu, attentes du lectorat, métriques. Pour le journaliste, il ne s’agit plus seulement d’écrire sur un sujet donné sous un angle donné, mais encore de penser en termes de stratégie de contenu, d’anticiper la réaction de l’audience sans pervertir sa manière d’écrire. De produire du contenu informatif de qualité et tout en intégrant les métriques en jeu et en estimant le temps que les lecteurs passent sur les histoires individuelles.

Ce changement de configuration pousse les journalistes à changer leur manière de travailler pour composer avec la pluralité des contenus et des canaux de diffusion.

Quel enjeu collectif ?

L’information s’enrichit de contenus de nature variée (photos, infographies) et de formats divers tels que l’audio, la vidéo. Sans mentionner la pluralité des temps de publication, décisive dans l’impact de la stratégie  digitale adoptée. La gestion de cette évolution demande une capacité d’adaptation de la part de la structure dans sa globalité.

transformation digitale infographie

Il ne peut y avoir de demi-mesure. La transformation digitale implique l’adoption d’une nouvelle organisation du travail : le contenu s’appréhende différemment, de manière plus subtile. Le contenu est rédactionnel, visuel, audio, interactif. Il est un tout. De par sa diversité, il fait appel à un large spectre de compétences. D’où la nécessité de décloisonner les départements, et de favoriser la collaboration transversale. Il n’y a plus de chasse gardée du journaliste. Les équipes marketing et de gestion du contenu sont amenées à coopérer. L’information digitale exige une ouverture tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau individuel. Une transition digitale réussie implique nécessairement une acceptation totale du changement.

Et ensuite ? C’est un travail de longue haleine. Il faudra tester, tester, et retester. Ce sont les métriques qui détermineront les initiatives à prendre pour améliorer et optimiser le trafic. Grâce aux données collectées en temps réel par le biais d’outils d’analyse du trafic web, les statistiques et indicateurs de performance indiquent à quel niveau il faudra intervenir pour améliorer les résultats. Pour le journal, l’objectif est faire en sorte d’engager un nombre croissant de lecteurs pour chaque page.

Ce tournant digital signifie-t-il pour autant la fin du papier ? On ne peut l’affirmer avec certitude. A ce jour, 85 % des recettes du Temps vient du print. Si dans la presse le papier est en déclin, il y a fort à parier qu’à l’avenir, il continuera de cohabiter avec le numérique.

révision mode d'emploi

Les outils éprouvés pour réviser et relire vos contenus rédactionnels

Après avoir pris conscience du caractère faussement anodin d’une demande de relecture de contenu rédactionnel, nous vous faisons passer en mode « autonome » afin de vous permettre de sauter à pieds joints – et toujours dans le plus grand discernement – dans le grand bain de la révision et de la rélecture.  A la fin de cet article, vous disposerez des outils nécessaires qui vous permettent de gérer avec aisance ces deux étapes essentielles préalables à la publication de contenu.

Vous avez extrait la matière première. Vous voilà avec un bloc de glaise entre les mains. Maintenant à vous de le modeler avec les outils classiques afin d’en faire une pièce unique !

Mode d’emploi

Prenez du recul. Si possible, laissez reposer votre contenu et passez-le en revue le jour suivant pour pouvoir l’apprécier. Comment passe-t-il ?

Si votre contenu glisse comme une lettre à la poste, passez directement au point 2, vous sautez l’étape de la révision.

Si au contraire le cheminement se fait sinueux, passez au point 1, la révision.

Admettons que notre objet d’étude nécessite une intervention en profondeur. C’est maintenant que débute le chantier, l’assainissement des fondations.

1-Révisez votre contenu

Le tout sous le signe du quatuor indéboulonnable : cohérence, fluidité, concision, style.

Éprouvez la cohérence et la fluidité de votre propos. Le fil rouge de votre raisonnement se déroule- t-il sans accroc ? Les idées s’enchaînent-elles de manière fluide ? Les liaisons entre paragraphes sont-elles présentes ? Il y a-t-il des digressions ? N’hésitez pas à revoir et à réagencer certains passages pour une meilleure intelligibilité de votre contenu web. Pensez en termes de puzzle. Les morceaux s’imbriquent de manière naturelle sans que vous ayez à forcer. Vos paragraphes sont des unités fractionnables, ajustables et mobiles. Bannissez les temps morts, les poids morts (mots inutiles), le maillage se doit d’être solide.pense bêteMemo : Un contenu rédactionnel est plastique, modulable à souhait, alors faites-vous plaisir!

Concision : l’arme infaillible

Allégez, coupez, tranchez s’il le faut. Le contenu doit être concis et se lire d’un trait. Eliminez le superflu. Concentrez-vous sur l’information. Oubliez le style ampoulé. Simplifiez, clarifiez, procédez dans l’économie du mot. Au terme de ce processus, votre texte peut perdre jusqu’à 20 % de son volume initial. Et devenir deux fois plus percutant. Le principe : troquer le volume contre la densité et qualité de l’information. Faites moins. Et mieux !

Respectez quelques règles afin que votre contenu gagne en force de frappe :

Exprimez-vous au présent, évitez le conditionnel et le futur autant que possible.

Ceci vous permettrait d’avoir de la marge pour vous consacrer à ….

Ceci vous permet d’avoir de la marge pour vous consacrer à …

Évitez le passif. Privilégiez la voix active.

Vous êtes constamment sollicité par vos collègues ?

⇒Vous collègues vous sollicitent constamment ?

Soyez économes.

Vous êtes noyé sous les demandes de relecture ?

⇒Vous ployez sous les demandes de relecture ?

Vous avez l’intention de

⇒Vous souhaitez …

X fait partie de vos objectifs ?

⇒Vous visez X ?

Ce questionnaire vous permet de dire si oui ou non vous appréciez le produit

⇒Ce questionnaire vous permet de donner votre avis sur le produit

Formulez au positif.

Vous n’êtes pas sûr de

⇒Vous doutez de

Ce produit est moins cher

⇒Ce produit est meilleur marché

Style

personal branding

Soignez votre style. C’est votre marque de fabrique, votre personal branding. Votre essence. Ce qui vous définit. Cette goûteuse tarte aux pommes fait maison et non ce morceau anonyme, fade et racorni perdu dans sa boîte d’emballage en plastique. Développez votre arôme unique et instillez-le. C’est votre voix. Votre valeur ajoutée. C’est ce qui vous distingue. Et c’est ce qui est le plus important. Comment la trouver ? En prenant votre audience pour point d’ancrage. Vous devez l’identifier et la connaitre pour trouver le ton adapté qui résonnera auprès de votre audience tout en restant fidèle à votre voix.

2- relecture : l’étape de la correction

Prenez votre filet à papillons et traquez les éventuelles coquilles, fautes d’orthographe, de grammaire, de ponctuation. Vous pouvez utiliser les correcteurs automatiques à votre disposition mais ne renoncez jamais à exercer votre propre contrôle sur le contenu. Restez au gouvernail !

Pour faciliter ce travail de relecture, je vous conseille vivement d’imprimer vos articles. Les fautes attirent plus facilement l’attention sur papier.

Donnez à lire si possible à un échantillon de personnes neutres (excluez famille, amis) pour avoir un retour et détecter des erreurs qui vous auraient échappé.

Effectuez les modifications nécessaires et posez-vous un ultimatum. Vous êtes arrivé au terme de la gestation de votre contenu.

Et maintenant ? Vous venez de recevoir une fournée de contenus fraîchement pondus ? Vous voilà sur le plongeoir, paré pour un saut mémorable dans le grand bain.